Home  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 

Séparation d'avec I’Église libre 

Les lieux de culte subsistent ; leurs particularités aussi. 

A l'Oratoire, la Cène est distribuée une fois par mois. tandis qu'a la Pélisserie elle est célébrée tous les dimanches.

Mais ce qui distingue surtout la Pélisserie de I’ Oratoire, bien que fondues en une seule église évangélique libre, c'est la tendance nettement presbytérienne de I’ Oratoire et la forme congrégationaliste de la Pélisserie.

L'union durera 34 ans... non sans frottements !

1883
Quelques prédications, à I' Oratoire, donnent lieu a des controverses sur des questions doctrinales. Une minorité manifeste sa désapprobation. Ces divergences de doctrine sont invoquées comme motif de la séparation qui survient en 1883.

L'Église de la Pélisserie, désormais indépendante, prend une vole qui lui est propre, avec parmi ses responsables : MM. Crémieux, Goetz, Félix, Bertrand, Laval, Briquet, Chapuisat, Bratschy, Isaac, Giroud, Marmoud, Meylan, Ostermann, Pittet et d'Almen.

 La fin des temps < héroïques »

 Hélas, les archives font défaut pour la période de 1883 a 1950. Seuls des procès-verbaux des années 1888-1903, quelques lettres et un écrit de 1922 nous renseignent sur ces décennies.

 A Genève, le contexte religieux s'est sensiblement modifié. Ce que I 'on qualifiait de «séparatisme» ne suscite plus l'opposition qui se manifestait dans les périodes précédentes.

Faiblesse

1883
La « petite église »qui vient de se séparer de I’ Église évangélique libre, voit le nombre de ses membres diminuer fortement.

En 1887: 149, puis en 1903 : 84 personnes seulement figurent dans le registre de l'église.

1900
Consciente de sa faiblesse. I’ Église de la Pélisserie va connaître des années difficiles. Le bateau fait eau de toutes parts.

Et c'est encore en 1900 précisément, au creux de la vague, que quelques membres habitant Colovrex et Chambésy, à cause de la distance, essaiment à Colovrex et y instaurent le culte.

 Rigueur

1911
 
II s'ensuit que la venue à Genève de M. Emile Barbezat est accueillie avec reconnaissance. Sous sa forte autorité, l'église s'oriente dans le sens de la rigueur, tant de la doctrine que de la discipline. La vie interne de la communauté et ses relations avec I’ extérieur s'en trouvent marquées.

 En revanche, son organisation ecclésiastique ne variera pas de 1883 à  nos jours, le service pastoral sera exerce par le presbytère

 1920
L'Église de la Pélisserie se dote d'un corps d'anciens renouvelé périodiquement par élection et/ou cooptation.

Élargissement

Des 1920, s'ouvre une période caractérisée par un regain d'intérêt pour I’ évangélisation en notre cité et pour l'œuvre missionnaire en collaboration de plus en plus étroite avec les autres assemblées de Suisse romande.

1932
Mlle Bremond prend l'initiative d'installer un kiosque biblique en ville. M. Ravy collaborera à cette évangélisation en plein air; en outre, il ouvrira une petite librairie biblique aux Pâquis.

1937
Début des groupes missionnaires en Suisse romande.

 Schismes et fusions

1960 - 1961
Un important schisme d'origine doctrinale dans  une autre église donne naissance à  plusieurs assemblées dites « darbystes élargies Certains membres rejoignent directement I’Église de la Pélisserie. Le 17 novembre 1984, frères , "larges", et "élargis", fusionnent en un seul milieu évangélique renforcé, bien engagé dans plusieurs activités communes en Suisse romande.

 1981
Un nombre important de membres de la Pélisserie, à la recherche d'une autre vie ecclésiastique, rejoint la paroisse de I’ Oratoire.

 1987
Le 15 février 1987, l'assemblée « darbyste élargie »  de la rue Amat se rattache à  la Pélisserie en quasi totalité.