Home  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 Page 15

plus spacieux et plus sûr, et à Genève, un moyen de plus d'édification chrétienne. Bien des personnes, nous le savons, qui se tiennent presque habituellement éloignées de nos assemblées, par l'une ou I’autre des raisons énoncées ci-dessus, s'empresseront de s'y rendre dès que nous aurons un local convenable a leur offrir. 

C'est particulièrement vers nos frères de l’étranger que nous tournons aujourd'hui nos regards. Genève, en cette affaire, ne nous présente que de faibles ressources. Car, d'abord pour ce qui nous concerne, nous frères du Bourg-de-Four, nous saurons sans doute les tout premiers nous imposer pour cet objet de nouveaux sacrifices ; mais que sera notre pite auprès des sommes qu'exige la réalisation de nos vœux ? Sans doute aussi nos frères de I’ église présidée par M. le pasteur Malan, qui connaissent et comprennent notre position, nous apporteront aussi leur offrande fraternelle ; mais leurs moyens pécuniaires sont-ils fort supérieurs aux nôtres ? Quant à la Société Évangélique de Genève, quelques-uns de ses membres nous ont appris à compter sur leur bienveillance chrétienne ; mais, association religieuse dans I’église nationale à laquelle elle déclare formellement appartenir, la Société Évangélique ne peut collectivement faire part des ressources dont elle dispose, à une église qui s'est dès longtemps proclamée indépendante. 

C'est donc à vous, nos frères, étrangers à Genève, c'est à vous, nos chers concitoyens en Christ, que nous exposons maintenant notre désir ; pesez-le devant notre commun Père. Mais nous ne le dissimulerons point ;

I’entreprise dont il s'agit est vaste ; une somme considérable pourra seule la réaliser. Il existe deux manières d'obtenir une salle d'assemblée spacieuse et commode ; c'est, ou d'acheter un terrain libre, sur lequel on élèverait une modeste chapelle, ou d'acquérir un immeuble convenable, que l'on disposerait, tout ou partie, suivant le cas, en maison de prières.

Dans  l’une et I’autre alternatives, la dépense sera sûrement considérable. A Genève, ville close et ceinte de remparts, où chaque jour un nouvel édifice est construit, le sol et les immeubles s'élèvent à des prix immodérés ; c'est surtout le cas, il paraît, dans la partie supérieure de la ville, qui est précisément celle que nous choisirions, pour être plus sûrs que notre culte ne serait point troublé.

Maintenant, des deux alternatives que nous venons d'exposer, celle d'acquérir un immeuble pour l’arranger modestement en chapelle. est la seule possible a réaliser à Genève.

Or, il se présente actuellement un immeuble a vendre ; il nous conviendrait sous tous les rapports ; il est tout à la fois très simple, vaste, solide et bien situé; une partie suffirait pour la chapelle ; le reste serait laissé en appartements ; et le produit des loyers, déduction faite des frais de I’ établissement de la chapelle et de ses dépendances, de I’ entretien annuel de l'édifice, et de toutes les dépenses indispensables serait scrupuleusement employés, soit a I’entretien de  l'école d'évangélistes-instituteurs, fondée, en 1829, dans l'Église du Bourg-de-Four, soit à la propagation de la Parole de Dieu, surtout en France, par le moyen de colporteurs, de régents-évangélistes, ou de tout autre manière.

Mais pour acheter l'immeuble que nous avons en vue, nous ne possédons que la somme de 23 650 francs de France. Toutefois nous pensons sérieusement à l'acquérir si Celui qui a dit : "L'or est à moi, et l'argent est à moi", daigne, par le moyen de ses rachetés, nous mettre en état de le faire.

Tels sont, frères, nos vœux et nos projets ; nous les avons dits à notre Père : et nous les présentons à plusieurs de ses enfants, en simplicité de cœur, et dans une filiale confiance en ses promesses. Fasse le Dieu trois fois saint. qu'après avoir bégayé séparément ses louanges dans nos maisons de prières terrestres, nous chantions tous ensemble l'alléluia divin dans le vrai sanctuaire, durant toute l'éternité !

H. Empeytaz, É. Guers, T L'Huilier ( Pasteurs)

J. Foulquier, F Muller, F Reymond. J. Séchehaye, (Diacres) H. Wolff-Hauloch,

Genève, Septembre 1835